Voyage En Champagne

Pol Roger

Parmi les dernières grandes maisons indépendantes de Champagne, Pol Roger n’a rien à envier à celles qui bénéficient de l’appui d’un grand groupe. Dernièrement, Hubert de Billy, Directeur Commercial de Pol Roger et descendant de la 5e génération, découvrait avec un plaisir non-dissimulé l’obtention par la maison d’une 5e étoile au classement du Guide Bettane & Dessauve, une consécration méritée qui hisse Pol Roger au plus haut rang de la qualité, aux côtés de maisons telle que Louis Roederer.

La Maison exporte 85% de sa production, avec comme marchés principaux le UK, la Suède et l’Australie. Propriétaire de 90 hectares de vignoble en Vallée de Marnes et sur la Côte des Blancs, la maison Pol Roger fait d’ailleurs partie, avec Louis Roederer et Bollinger, des trois maisons détenant le plus de vignes en propre. Cela lui garantit un plus grand contrôle de la qualité, de la vigne au chai, et une sécurisation de 50% de ses approvisionnements en raisin dans un contexte où les prix de la vigne (compter plus de 1,1 million d’euros l’hectare) et du raisin (1 kg de raisin coûte environ 6€, et il faut plus d’1kg de raisin pour 75cl) ne cessent d’augmenter.

L’assemblage d’une cuvée : un travail d’alchimiste ?

Alors que nous sommes toujours fascinés par l’art d’assembler, Hubert de Billy, explique modestement que c’est en fait plus rationnel qu’il n’y parait, avec des règles et des proportions à respecter. Chaque année, les étapes de l’assemblage se répètent. Après les vendanges et la fermentation des vins, un premier groupe composé du président du directoire, Laurent d’Harcourt, d’Hubert de Billy et du chef de cave, Dominique Petit, goute une dizaine Pol Roger Blanc de blancs 2008d’échantillons de vins par jour et ce pendant un mois. Début janvier, à partir des notes de dégustation des échantillons, l’équipe construit le squelette, en décidant par exemple que telle parcelle d’Avize ira dans le Blanc de blancs ou dans le brut millésimé. La session de dégustation est ensuite élargie à 8 membres de la famille, qui goûtent environ 200 crus et décident des proportions. Puis, ils reproduisent la «recette» à l’échelle d’une bouteille de 75cl et procèdent à une première dégustation de l’assemblage finale. Si la nouvelle cuvée fait l’unanimité, c’est cette recette que l’on retrouvera dans le champagne final. Lorsque l’assemblage manque de quelque chose, le groupe fait des propositions et effectue une 2e dégustation. Grâce à l’expertise de la famille, il est rare que ce deuxième essai ne soit pas le bon.

Notre coup de cœur : Blanc de blancs Vintage 2008 avec des notes de fruits mûrs (abricot) et confits, de fleurs blanches, d’épices douces, des notes beurrées et briochées. Un vin très aérien, à l’équilibre subtil, avec une finale persistante.

Joseph Perrier

Fondée en 1825, Joseph Perrier est une maison historique de la Champagne, et la dernière dont le siège se situe à Châlons-en-Champagne grâce à des caves uniques de plain-pied qu’elle possède, creusées dans la colline surplombant la Maison et s’étirant sur plus de 3 kilomètres. Avec moins d’1 million de bouteilles produit par an, la maison exporte 75% de sa production dont une majeure partie au UK, son marché historique. Maison dans la pure tradition champenoise, à taille humaine et discrète dans sa communication, la qualité de ses champagnes n’en demeure pas moins incontestable.

La Maison est propriétaire de 21 hectares de vignes en bord de Marne dont 9 hectares du 1er Cru Cumières. Pour le reste de ses approvisionnements en raisin, elle a tissé des relations pérennes avec des vignerons parfois sur plusieurs générations. Alors que la moyenne des contrats d’approvisionnement en Champagne est de 3 à 5 ans, la Maison Joseph Perrier en signe de 10 à 15 ans. Si depuis 1998, elle bénéficie de l’appui commercial du Groupe Thiénot Joseph Perrier Blanc de noirs 2008(même famille) et de son réseau de distribution, la Maison reste indépendante dans sa stratégie de production et de développement.
Finesse, harmonie et équilibre sont les maitre-mots. En particulier le Blanc de noirs Vintage 2008, brut nature (zéro dosage ajouté)!

Dans cette cuvée, tout est unique : mono-parcellaire (Les Côtes à Bras), mono-cru (1er Cru Cumières), monocépage (100% Pinot noir) et mono-année (millésime 2008) !

Ce blanc de noirs est un champagne de gastronomie qui accompagnera à la perfection des fruits de mer et tartares de poisson. La minéralité est très présente avec des notes délicates de poire, de pomme granny, de fleur blanche, soutenues par des notes briochées et pâtissières.

Le Millésime 2020 sera-t-il grand ?

La qualité du millésime 2020 s’annonce belle, et peut-être même très belle. En effet, un fort ensoleillement doublé d’une faible pluie ont permis aux raisins d’atteindre une belle maturité et concentration aromatique. Si la sécheresse du mois de juillet a enraillé la plupart des maladies, les rendements restent en-deçà des niveaux espérés (une sècheresse prolongée peut freiner, voire même stopper la vigne dans sa croissance) avec des prévisions de récolte de -11%, atteignant 2,6 millions d’hectolitres. Résultat : moins de champagne mais de grande qualité !

Perspectives de développement en Champagne

Les coteaux, maisons et caves (souterraines) de Champagne ont récemment été classés au patrimoine mondial de l’UNESCO. Cette reconnaissance est une excellente nouvelle pour l’activité touristique mais devrait également accélérer le développement du secteur viti-vinicole qui pèse déjà 2,4 milliards d’€ à l’export, soit 47% de la production totale.

En 2019, la région comptait 300 maisons de champagne et près de 16 000 vignerons répartis sur 33 705 hectares, produisant annuellement 337 millions de bouteilles pour un chiffre d’affaires de 4,5 milliards d’€. Si 90% des vignobles appartiennent à des vignerons, 90% des ventes sont assurées par les maisons de négoce. Un paradoxe économique qui crée des tensions sur le prix du raisin, les maisons ne pouvant faire autrement que de s’approvisionner auprès des vignerons. Autre paradoxe, si les vignerons sont encore largement propriétaires du vignoble champenois, l’envolée des prix de la terre (de 1,1 million d’euros l’hectare dans les villages moins réputés à plus d’ 1,8 million d’euros dans la prestigieuse Côte des Blancs) rend l’accès à la propriété par un jeune vigneron presque impossible s’il n’hérite pas de sa famille. Par conséquent, il arrive fréquemment que les seuls acquéreurs possibles soient les grandes maisons, mieux armées pour faire face à de tels investissements.

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire

On Boit Quoi Ce Soir
Logo